C’est une affection multifactorielle, très grave chez le poulain et présentant une importance économique loin d’être négligeable chez l’adulte puisqu’il s’agit d’une pathologie affectant les performances sportives et le bien être de votre cheval.

En général, il s’agit d’un déséquilibre entre l’acidité gastrique excessive et constante, et les mécanismes de défense de la muqueuse stomacale. Une réduction de la protection gastrique ou de son efficacité déclanche le développement des ulcères gastriques.

Chez le cheval adulte, on trouve en majorité des ulcères de la muqueuse aglandulaire. En cas de stress ou d’AINS, ils touchent la muqueuse glandulaire. Chez le poulain, ce sont des ulcères de la muqueuse glandulaire en majorité mais il n’est pas impossible de trouver des ulcères de la muqueuse aglandulaire.

Les facteurs de risques sont multiples, on retrouve principalement l’alimentation et le mode de vie.

Une alimentation pauvre en fibre, une distribution intermittente d’aliments, ou encore la mise à jeûn ou un régime pauvre en protéines et riche en glucides peuvent être responsables d’ulcères gastriques.

L’évolution du mode de vie du cheval de sport ou de loisir, tout comme l’alimentation modifiée, peut provoquer des ulcères. Le confinement au box ou une activité intensives (courses …) ou encore un contexte stressant provoquent de façon assez courante des ulcères de la muqueuse gastrique. Enfin, un cheval sous traitement anti inflammatoire prolongé est plus sensible à l’apparition d’ulcères.

Les signes d’appels fréquemment observés sont:

  • Bruxisme
  • Baillement
  • Perte d’appetit
  • Signes de colique légers peu après le repas

Il n’y a pas de lien entre les symptômes observés et la gravité des lésions : des lésions importantes peuvent être asymptomatiques et des symptômes forts peuvent être révélateurs de lésions très faibles. Le diagnostic de certitude est la gastroscopie sous sédation.

Le traitement repose sur une évolution du mode de vie et de l’alimentation, avec une mise au pré régulière et une alimentation riche en fibre et des repas fractionnés (3 repas par jour). De plus un traitement à base d’oméprazole est possible après confirmation par la gastroscopie d’ulcères gastriques pendant au moins 6 semaines. Des protecteurs de la muqueuse gastrique peuvent également permettre de compléter le traitement à base d’oméprazole notamment à plus long terme fin de prévenir la récidive.