La chirurgie

CHIR
Salle de chirurgie équipée

La Clinique est équipée des technologies les plus avancées pour apporter un service de haute qualité permettant ainsi de minimiser au maximum les risques liés aux actes chirurgicaux et à l’anesthésie générale.

La procédure chirurgicale est précédée par la mise en place d’une voie veineuse et l’administration de traitements préopératoires. Par la suite le cheval est dirigé dans l’un des box d’induction matelassés où une sédation est administrée pour réduire l’anxiété et la nervosité naturelle des chevaux. Une fois notre patient calme et en sécurité dans le box d’induction, les produits qui vont anesthésier le cheval sont administrés ce qui permet de coucher calmement le cheval. Le cheval est transféré à l’aide d’un treuil dans la salle de chirurgie puis placé sur la table d’intervention. Il est alors branché à la machine d’anesthésie gazeuse. La table est conçue pour optimiser le confort de nos patients durant toute la procédure chirurgicale.


 

  • La dystocie est une mise-bas difficile. Le plus souvent, elle est d’origine foetale avec une présentation du poulain anormale qui bloque le bon déroulement de la phase d’expulsion.Une intervention rapide et coordonnée entre l’équipe médicale et chirurgicale est essentielle pour améliorer le pronostic de la jument et du poulain. Si l’extraction debout du poulain est impossible, la jument est anesthésiée et les membres postérieurs élevés avec le treuil pour repositionner le poulain. En cas d’échec la césarienne s’impose.
  • Les lacérations périnéales et fistules recto-vaginales sont des problèmes liés au poulinage. Dans la plupart des cas, sans intervention chirurgicale, le pronostic reproducteur est compromis.
  • Chez les mâles, les calculs urinaires et l’amputation du pénis sont des problèmes où une intervention chirurgicale est indiquée.

Retrait du poulain lors d’une césarienne de jumentSoin intensif de poulain

Les chirurgies respiratoires peuvent être réalisées sur cheval debout ou anesthésié, selon l’intervention. La clinique dispose d’un Nd-Yag laser de grande puissance (60 W) qui nous permet de réaliser différents types d’interventions sur les voies respiratoires supérieures. Le plus souvent, ces chirurgies sont réalisées à l’aide d’un endoscope, évitant ainsi une approche invasive.

  • Cornage (Tie-back): La chirurgie la plus couramment réalisée est la chirurgie de cornage. Lors du cornage, dû à une dégénérescence du nerf laryngé récurrent, le côté gauche (le plus fréquemment) du larynx est paralysé. Cette paralyse provoque un rétrécissement des vois aériennes avec intolérance à l’effort et bruit respiratoire. La chirurgie se déroule en deux temps, dans la première phase, sous anesthésie générale, une prothèse est placée pour corriger le côté paralysé du larynx et ouvrir les voies aériennes (laryngoplastie). Avec cette intervention l’intolérance à l’effort est corrigée. Le lendemain se déroule la deuxième phase avec la ventriculo-cordectomie qui a pour objectif principal de réduire le bruit inspiratoire. Celle-ci est réalisée debout sous tranquillisation avec une technique au laser. La technique au laser évite l’incision au niveau de la gorge et par conséquent, il n’y a pas de soins locaux suite à cette intervention.

 

  • Déplacement dorsal du voile du palais: Cette pathologie touche principalement les chevaux de courses. Le voile du palais se disloque de sa position normale et va obstruer partiellement les voies aériennes. Classiquement le problème se déclenche à la fin de la course et s’accompagne de l’apparition d’un bruit respiratoire avec ralentissement de la vitesse en course. En fonction du cas, une technique chirurgicale de déplacement rostrale du larynx (Tie-forward) avec une prothèse et/ou une technique au laser pour stabiliser le voile du palais seront réalisées.

Kystes et hématomes progressifs de l’ethmoïde, kystes sous-épiglottiques et replis ary-épiglottiques:


Avec le Nd-Yag, les kystes de grande taille et les hématomes de l’ethmoïde peuvent être traités avec succès sur cheval debout tranquillisé.

La chirurgie par coelioscopie (ou laparoscopie), « minimum invasive », nous permet de réduire les complications d’une chirurgie standard et le temps de convalescence.

Elle permet une remise au travail beaucoup plus rapide par rapport aux techniques conventionnelles. Elle est principalement utilisée pour la réalisation d’ovariectomies, castrations, cryptorchidies (testicule dans l’abdomen), fermeture de l’espace néphrosplénique (réduit les récurrences des accrochements néphrospléniques du gros colon) et hernioplasties (pour prévenir les hernies inguinales chez les étalons et poulains).

Elle nous permet également une exploration de l’abdomen lors des coliques chroniques, amaigrissements, péritonites ou présence de masses dans l’abdomen.