Le but de la castration est en premier lieu de rendre l’animal plus docile, d’améliorer son tempérament, et de le rendre plus gérable lors de compétitions sportives par exemple. Par ailleurs, la castration permet de supprimer définitivement la fertilité du cheval concerné. Enfin, il peut être nécessaire de recourrir à la castration afin de traiter des pathologies primaires concernant les testicules comme en cas d’hernie inguinale ou encore de torsion du cordon spermatique.

Il est conseillé de castrer votre cheval entre 1 et 2 ans afin d’en faciliter la manipulation. Il est cependant possible de castrer tardivement un cheval adulte, pour lui laisser le temps de développer sa morphologie ou son caractère pour la compétition.
De même, il est préférable de réaliser la castration en hiver, les insectes étant moins présents cela permet de limiter les éventuelles contaminations de la plaie de castration.

Il est possible de castrer debout ou couché, sur la table de chirurgie ou dans un box adapté. On privilégie la castration debout chez un cheval jeune avec de petits cordons, cela permet en effet de ne pas avoir à coucher le cheval. Cependant, si l’animal est agé ou avec des cordons de taille importante, il est conseillé de réaliser une castration couchée, avec éventuellement fermeture des canaux inguinaux, évitant ainsi une éventuelle éventration post castration si les anneaux sont de taille importante.

Dans les premières 24h suivant la chirurgie, il est conseillé de garder l’animal calme au box et de surveiller les éventuels signes d’inconfort. Une antibiothérapie et un traitement anti-inflammatoire sont prescrits afin d’éviter les infections et de gérer la douleur et l’inflammation provoquées par la castration.
Le drainage sera amélioré par des douchages du scrotum (anti œdème et nettoyage) et si le cheval est marché au pas, qu’il puisse bouger, tout en sachant que la cicatrisation intervient dans les 3 à 4 semaines.